Mot du Directeur

directeur

 

بسم الله الرحمان الرحيم

 

Il m’est agréable de m’adresser à la communauté de l’ENSA (enseignants, ATS, travailleurs et étudiants) à travers cette nouvelle interface, de cet espace d’échange et de communication. A l’ère de la mondialisation, au moment où le monde est réduit à un simple village à portée d’un clic, l’excellence ne se décrète pas, elle se construit par le travail, le sérieux et la rigueur.

Le web est l’outil, par excellence, de visibilité et de lisibilité des efforts de chacun.  En effet, à travers le web, tout est mis à découvert, et plus personne ne peut cacher ses performances. C’est grâce à cet espace privilégié, notre vitrine, que l’on doit consolider, à travers notre production intellectuelle, le passé glorieux, l’image rayonnante de notre école, une image riche de succès aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale. Le succès de l’école est la somme des succès de toutes ses composantes humaines, sans distinction. Il ne faut pas perdre de vue, non plus, que le classement des universités à l’échelle mondiale, se fait en grande partie, grâce à leur visibilité sur le réseau internet. Tout doit donc être fait, pour que le portail web de l’ENSA, donne la meilleure image possible de notre école. Il appartient à chacun de nous d’œuvrer à rehausser l’image de l’ENSA par le travail et la production scientifique de qualité.

Notre école est un héritage d’une valeur inestimable. Elle nous a été léguée suite à des sacrifices ardus et douloureux.  Nous ne pouvons que nous incliner face à nos martyrs et toutes celles et ceux qui se sont sacrifiés, d’une manière ou d’une autre, pour que l’Algérie devienne libre et indépendante, faisant ainsi, de L’INSTITUT AGRICOLE D’ALGERIE (IAA), L’INSTITUT NATIONAL AGRONOMIQUE (INA) qui a évolué par la suite en ECOLE NATIONALE SUPERIEURE AGRONOMIQUE (ENSA). Ces Femmes et ces Hommes doivent nous servir d’exemple, à travers leurs sacrifices, pour que nous aussi, nous fassions l’impossible pour former une élite de cadres qui permettront à notre pays d’atteindre sa souveraineté alimentaire, et pour que l’Algérie, devienne un pays économiquement non seulement indépendant, mais puissant aussi. Il nous appartient donc d’œuvrer avec force et énergie pour contribuer à la construction de cette Algérie forte.  Les énergies fossiles ne peuvent faire la puissance d’un pays à elles seules. Cependant, l’investissement dans le développement des ressources humaines à travers des formations de qualité basées sur les réalités économiques et les valeurs fondamentales du pays, est susceptible de produire de l’intelligence et du génie, capables de transformer les pays les plus pauvres, en ressources naturelles, en pays très puissant économiquement ; inutile de citer des exemples.

Pour ce faire, et pour ce qui nous concerne, les programmes d’enseignement doivent être actualisés sur la base de la demande effective du secteur économique. L’école doit s’investir dans le lancement de nouvelles spécialités telles que le développement durable, la sécurité alimentaire, le paysagisme, la chimie verte, la vulgarisation… Nous ne pouvons nous offrir le luxe de proposer des formations inutiles, ou à impact réduit sur le terrain.

De même, la recherche scientifique doit être orientée, autant que possible, vers une recherche appliquée et utile qui contribue de manière efficace et significative à résoudre, en priorité, les problématiques du secteur de l’agriculture. Ceci n’exclu, évidemment pas, le lancement de programmes de recherche fondamentale, qui ne sont que le catalyseur naturel de la recherche appliquée. Peut-il  y avoir, d’ailleurs, une recherche appliquée sans recherche fondamentale ?

Les nouveaux programmes d’enseignement et de recherche doivent être impérativement cofondés avec le secteur économique, d’un coté, et avec la collaboration scientifique nationale et internationale, de l’autre coté.

Pour atteindre ces objectifs, la composante humaine de l’école, doit bénéficier d’un climat de confiance et de sérénité qui ne peut régner que si l’administration donne les mêmes chances et mêmes opportunités à tous. Pour ce faire, la transparence et l’impartialité dans la gestion courante de l’école doivent être de règle à tous les niveaux (directions, départements, laboratoires de recherche … etc.).

L’étudiant doit être au centre de gravité de tous nos efforts et nos préoccupations. Tout doit être fait, avec, et pour l’étudiant qui constitue notre livrable à travers les diplômes que nous délivrons chaque année. Cependant, ce livrable ne peut être fiable que si les leviers qui ont conduit à sa production sont aussi fiables.  Tout doit être fait, pour que toute la chaine soit fiable. Ainsi, l’éthique et la déontologie dans notre exercice quotidien doivent régner. A l’instar des nations les plus avancées scientifiquement, l’adhésion de l’ENSA aux normes universelles de gestion, d’enseignement et de recherche ne peut être qu’un gage d’une implication  effective de notre école dans la démarche assurance qualité instituée par notre tutelle.

و الله ولي التوفيق