Mot de la Directrice

Mot de la Directrice
Professeur CHERIFI Ouiza

Après 43 ans d’exercice au sein de trois universités algériennes (ALGER 1, USTHB, UMBB) en tant qu’enseignant chercheur et 25 années de responsabilités administratives en tant que Directrice de l’institut de chimie (USTHB), Doyenne de la faculté de chimie (USTHB), Recteur de l’UMBB et Présidente de Conférence des Universités du Centre, Inspectrice Générale de la Pédagogie au MESRS, je me vois confiée une autre responsabilité, et pas des moindres, celle de diriger une Grande Ecole Prestigieuse : l’ENSA (l’Ecole Nationale Supérieure Agronomique) ayant une renommée nationale et internationale, j’en suis fière.

Créée en 1905, cette école a un label de qualité de ses formations d’ingénieurs et de masters plus récemment, elle a formé des générations d’agronomes de valeur à travers tout le territoire national. Plusieurs d’entre eux ont occupé et/ou occupent des postes et/ou fonctions supérieures, aussi bien en Algérie qu’à l’échelle internationale.

C’est un grand honneur pour moi, d’avoir été choisie par Monsieur le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Professeur Abdelbaki BENZIANE, que je remercie au passage, pour continuer le chemin tracé par mes Prédécesseurs qui ont eu la lourde tâche de gouvernance de cet établissement, afin de donner des formations en agronomie de qualité à nos jeunes, maintenir leurs niveaux pédagogique et scientifique élevés, en relation avec le secteur socio-économique. Il est à noter que la majorité des diplômés de l’ENSA sont recrutés chaque année. De plus, l’ENSA est ouverte sur la coopération internationale, à travers les nombreux projets (Prima, Erasmus +, les projets bilatéraux…).

Beaucoup de défis attendent notre école, ceux de mettre les sciences agronomiques au service d’une agriculture prospère et développée, au profit de l’économie nationale et la sécurité alimentaire.

L’un des objectifs à atteindre est celui de retrouver les anciennes bonnes pratiques de reproduire au sein même de l’Ecole les animaux utilisés en zootechnie pour les travaux pratiques, cela consiste à faire redémarrer la bergerie, le poulailler, la lapinière…Le renouvellement des collections horticoles pour maintenir la diversité génétique existante. Tout cela ne saurait se faire sans l’aide précieuse de nos Enseignants chercheurs, experts avérés dans ce domaine qui seront directement impliqués, avec l’aide de nos Etudiants.

L’autre aspect est de moderniser l’agronomie avec l’application de l’outil informatique et la numérisation, lui adapter la smart technologie (Intelligence artificielle, Big Data, télédétection, l’imagerie satellitaire…) au service de l’agriculture de précision, l’objectif étant d’atteindre la version 4.0.

Afin d’atteindre tous ces objectifs, il s’agit pour moi d’avoir une stratégie de démarche participative, en faisant profiter cette grande Ecole de toute la ressource humaine dont elle a la chance de disposer, à savoir toute la Communauté Universitaire dans toute sa composante : Enseignants, Travailleurs et Etudiants qui regorge d’énergie à dépenser.

Avec l’espoir d’avoir notre bonne santé à tous pour permettre toutes ces réalisations, nous projetons de contribuer et de participer, à court, moyen et long terme, à la construction d’une économie nationale solide basée sur une composante majeure, l’agriculture.

 

Professeur CHERIFI Ouiza